Shahada

2 Fév

Nous avons l’immense plaisir d’accueillir la poulette M. Elle s’est improvisée critique de cinéma, spécialement pour nous. Merci à elle de s’être lancée !  Si vous voulez la suivre, faites-nous signe…

« Une petite brève sur un film que j’ai vu, et qui j’espère vous donnera envie d’aller le voir ! J’ai adoré pour ma part !!!! »

 

Shahada : La religion, ligne de conduite ou sanction ?

L’histoire. Berlin, de nos jours… Quelle est la place (et le rôle) de l’Islam, à des moments cruciaux de la vie de 3 personnages, musulmans avec des pratiques différentes.  Une image de la religion, entre intégrisme et tolérance.

3 personnages, qui sont-ils ?

  • Ismaël, un flic tourmenté à la suite d’une bavure policière : il blesse une femme enceinte qui perd son enfant. Rongé par le remords mais aussi attiré par cette dernière, ses valeurs sont mises à rude épreuve, au risque de faire voler en éclats sa propre famille.
  • Sammy, jeune adolescent musulman, fervent pratiquant, dont l’islam régit comportement et pensée, mais troublé par ses sentiments et son désir envers un de ses collègues homosexuel. Le jeune homme passe successivement par différentes étapes : rejet de cet amour (se retranchant derrière le fait que c’est mal), abandon à des instants de plaisir, pour se reprendre rapidement et refuser cet amour.
  • Maryam, jeune femme laissée sans repères à la mort de sa mère par son père Iman et qui va renouer de façon intransigeante avec l’islam, suite à un avortement illégal. Pour elle, les complications qui s’en suivent sont un signe de colère de Dieu et d’une rédemption attendue.

Mon ressenti du film . Que penser de ces personnages pris dans la tourmente de leurs sentiments, en quête de réponse ? La religion semble être LA solution… On s’identifie à eux. Perdus, déboussolés… Mal nous en prendrait de les juger. On ne peut qu’être observateur de leurs choix, car ils sont pris en toute conscience et en toute connaissance de cause.

C’est un film intimiste, d’une grande sobriété, servi par des acteurs justes, pour un sujet d’actualité sensible… A noter aussi : une ambiance de huis clos mais jamais pesante, des scènes courtes mais intenses, et une musique qui alterne entre modernité et tradition.

En un mot : vive le cinéma allemand !

La phrase du film à retenir  – « Allah accepte toutes les formes d’amour. »

La poulette M

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :