Contre toi

9 Fév

« Contre toi » de Lola Doillon – Avec Kristin Scott Thomas et Pio Marmaï


Je suis « Fan » de Kristin ! Oui, c’est Kristin, tellement j’ai l’impression de retrouver une copine à chaque fois que je la vois au cinéma… Il me fallait donc  aller voir son dernier film, dès sa sortie!

Je ne suis jamais déçue par Kristin Scott Thomas. A l’inverse de beaucoup d’acteurs, elle change de registre (choix ou opportunité), interprète des personnages différents avec toujours un jeu très juste.

Sa filmographie. Quelques-uns de ses films  que  j’ai aimés : «Quatre mariages et un enterrement», avec Hugh Grant  (eh oui, elle y était !);  «Le patient anglais» avec Ralph Fiennes; «Il y a longtemps que je t’aime»; «Partir» avec Sergi Lopez et Yvan Attal; «Crime d’amour» avec Ludivine Sagnier…

Mais revenons au film…

L’histoire. Dans « Contre toi », elle est une femme enlevée et séquestrée par un jeune homme, qui la rend responsable de la mort de sa femme. Mais une fois échappée, elle n’aura de cesse de le retrouver.

Résumer le film au Syndrome de Stockholm serait réducteur. Certes, les sentiments qu’elle nourrit à l’égard de son ravisseur évoluent tout au long de sa captivité. Mais il en va de même pour ce dernier. L’ambiguïté des sentiments est remarquablement jouée par les 2 acteurs.

La victime apeurée, qui tente plusieurs approches pour déstabiliser son ravisseur (résignée, hautaine, fragile, agressive, à l’écoute…), puis compréhensive, vaincue, demandant pardon… L’agresseur en colère, qui souffre, muré dans son silence, imperturbable, indécis… et qui redevient un enfant demandant pardon quand il commet un geste d’une violence inouie à son encontre.

Chacun dans son monde, avec ce qu’il est, ses certitudes et ses fêlures, va entrer progressivement dans la compréhension de l’autre… pour entretenir une relation, qui quand elle se termine (trop tôt) les laisse démunis.

Cette cohabitation forcée créée et entretient une sorte de dépendance émotionnelle. Mais après une période de « flottement », après la libération, pendant laquelle le couple se cherche, se retrouve et essaie de revivre cette ambiance de vase clos, la raison reprend le dessus, tous les deux résignés et acceptant l’issue fatale.

Mon avis. Les 2 acteurs ont donné vie et chair aux personnages avec beaucoup de réalisme et de sincérité. La réalisation y a aussi fortement contribuée : des plans rapprochés des visages, des regards et des silences lourds de sens, peu de dialogues, des scènes intenses…

Un bémol toutefois sur ce retournement de situation, qui fait basculer le duo « ravisseur-victime » en couple. Trop rapide, trop attendu, trop évident, trop « facile »… comme s’il manquait quelque chose. Peut-être à cause de ces scènes courtes (et nombreuses) de la captivité ?!

Vous aurez compris que ce film est surtout à aller voir pour le jeu des acteurs que pour l’intrigue, qui est somme toute sans grande surprise.

Ma déclaration d’admiration. Et encore une fois, je n’ai pas été déçue par Kristin !

La poulette M

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :