J’habite un quartier formidable (2ème partie)

6 Avr

Lors d’un précédent billet, je vous avais parlé de mon quartier formidable ! Et je m’étais interrogée sur ce que je répondrais lorsqu’un de mes fils me demanderait ce que font ces femmes dans leur camionnette. Et ben ca y est ! J’ai eu la question fatidique.

 J’y ai eu droit samedi matin, nous étions tous les deux en voiture coincé derrière une autre voiture qui s’était arrêtée juste devant nous en double file d’une camionette. Une tête était sortie de la fenêtre de la camionnette pour semble-t-il renseigner l’automobiliste : « maman, elle fait quoi la dame dans le camion ? » J’essaie de noyer le poisson. « Euh, ben elle renseigne les gens qui ont dû se perdre ? » Peine perdue : « oui, mais les autres ? » « C’est-à-dire ? » (deuxième tentative, l’air de rien …) « les autres femmes qui sont dans les camionnettes,  elles font quoi ? »

Une réflexion intense s’engagea dans ma petite tête : que lui dire ? Jusqu’à quel niveau de détail ? Comment lui dire la vérité, en sachant que tout ce qui touche au sexe reste encore pour lui assez vague ?

L’idée de ne pas lui dire la vérité ne m’a pas effleuré, j’ai imaginé tellement de choses abracadabrantes (genre, que j’avais été adopté, que mes parents étaient des bandits de grands chemins, que les acteurs de cinéma devaient avoir plein d’enfants puisqu’on avait des enfants en s’embrassant sur la bouche… quand je vous dis n’importe quoi…), juste parce qu’enfant je n’ai pas posé de questions, que j’essaie toujours de répondre aux questions que l’on me pose.

J’ai donc commencé sur le fait qu’elles vendaient de l’amour, enfin qu’elles faisaient l’amour contre de l’argent, que c’était leur métier ! Après, je me suis dit, que c’était un peu idyllique comme discours, et surtout très loin de la vérité… J’en ai donc remis une couche sur le fait que normalement on ne paie pas pour faire l’amour, que c’est lorsque deux personnes s’aiment très fort (oui, là aussi c’est idyllique, mais tout de même ce n’est qu’un enfant, il faut que je lui laisse des illusions …). Et que si ces femmes font cela c’est qu’elles n’ont pas le choix, elles n’ont peut être pas pu aller à l’école pour apprendre un métier (un petit rappel sur l’utilité de l’école, ça fait de mal en passant …). Lancée, j’étais prête à continuer ma diatribe pendant encore un moment, mais mon fils m’a arrêté, par un « ah, ok d’accord maman ». Genre c’est bon, t’as répondu à ma question n’en fait pas trop…

Et voilà, une bonne chose de faite ! en plus, je suis rôdée pour les questions du deuxième !

Publicités

Une Réponse to “J’habite un quartier formidable (2ème partie)”

Trackbacks/Pingbacks

  1. J’habite un quartier formidable ! « Deux poulettes - 21 août 2011

    […] : Ca y est ! Mon fils ainé m’a posé la question fatidique … ShareFacebookTwitterE-mail"Aimer" ceci :"J'aime"Un blogueur aime […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :