El chino et le cinéma argentin

12 Mar

Un film de Sebastián Borensztein avec Ricardo Darin, Ignacio Huang, Muriel Santa Ana

Date de sortie : 8 février 2012

Malgré lui, Roberto, quincailler grincheux et solitaire accueille Jun, un jeune chinois de 25 ans qui débarque à Buenos Aires. Ce dernier, ne parlant pas un mot espagnol, est à la recherche de son oncle. Perdu et sans ressources, il s’accroche à Roberto, chamboulant ainsi la vie réglée et organisée  mais très triste de ce quinquagénaire célibataire. Afin de se débarrasser de Jun le plus rapidement possible, Roberto décide d’aider le jeune homme dans ses recherches.

Entre ces deux hommes, qui ne parlent pas la même langue mais arrivent à se comprendre, va se tisser une vraie relation humaine. Ils vont apprendre à se connaître et à s’apprécier sans véritables dialogues et échanges, mais en cohabitant dans le silence et en vivant l’un à côté de l’autre. Blessés et brisés par la vie, ils ont plus de points communs qu’ils ne l’imaginent et cette expérience va les aider et les enrichir mutuellement. Ce partage avec Jun va pousser Roberto à sortir de sa solitude et s’ouvrir à la vie.

A l’instar de  « Les Acacias » (réalisé par  Pablo Giorgelli, sortie le 4 janvier 2012) ou encore de « Bombon el perro » (de Carlos Sorin, sortie le 31 août 2005), le cinéma argentin est emprunt de simplicité et de sincérité dans  la construction et la description des relations humaines.

Les deux acteurs interprètent avec justesse des personnages solitaires et abandonnés, malgré eux. Le film est « plein de bons sentiments » (dans le bon sens du terme ! ), mais au-delà de ça, il est bienveillant. L’humour est très présent tout au long du film, l’absurdité également ! Ce qui apporte une note de fraîcheur. Rappelons tout de même que c’est une vache qui tombe du ciel qui est  à l’origine de l’histoire ! Et ne parlons pas de la collection d’articles absurdes dont fait collection Roberto…

On sort de la projection content, le sourire aux lèvres… Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé ce film. A voir absolument pour faire le plein de bonne humeur !

La poulette M

Publicités

2 Réponses to “El chino et le cinéma argentin”

  1. Poulette Carlotta 12 mars 2012 à 09:22 #

    Oui le film me tentait bien, j’avais eu d’autres bons échos…reste plus qu’à trouver une salle qui le diffuse encore…
    Personnellement, j’adore Ricardo Darin. Je l’ai découvert assez récemment, en 2010, avec le sublime « Dans ses yeux » de Juan José Campanella…je l’ai suivi sur « Carancho » intéressant mais moins bien mené…
    Ah, le charme argentin…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les redifs de l’été. Episode 2/3 « Deux poulettes - 13 août 2012

    […] fait chavirer encore cette année, ici, avec un film que j’ai particulièrement aimé: El Chino. ShareFacebookTwitterEmailJ'aime ceci:J'aimeBe the first to like […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :