Infidélités

2 Avr

Ah je vous vois venir avec vos gros sabots (ou talons aiguilles). Avec ce titre, vous vous attendez à un billet pleins d’infos people, à la suite des aventures de Vincent et Maud, voire à des révélations croustillantes sur ma vie sentimentale (si vous saviez…). Et bien non pas du tout, je veux juste vous encourager à une infidélité, temporaire bien sûr, vis-à-vis de ce magnifique blog, en vous conseillant d’autres lectures sur la toile. Moi, mes blogs, mes amours, en quelque sorte.

J’ai en effet une consommation assez importante de blogs gastronomiques. Pas de blogs de recettes non. Parce que, franchement, c’est rarement d’un grand niveau culinaire et relativement pénible à suivre. Et je ne parle même pas de sites comme Marmiton où chaque recette s’accompagne de commentaires du type « sympa cette recette de lasagnes aux légumes, j’ai juste remplacé les légumes par du bœuf, j’ai mis des spaghettis à la place des lasagnes et j’ai mis deux fois moins d’oignons et deux fois plus de tomates. Avec un peu de coriandre, c’était très bon, mon mari a adoré ! ».
Pour les recettes, je préfère donc ma petite collections de livres de cuisine. Le seul blog de ce type qui me plaît vraiment, c’est A boire et à manger. Tout en dessin, sans esbroufe, avec beaucoup d’humour.

En revanche, pour les critiques de restaurants, Internet est indispensable. Dans les journaux, il y a trop de critiques complaisantes, truquées ou bâclées. Sur le web, d’abord, les grands guides (Michelin et son application Iphone ou le site du Fooding) et les sites de notations (Tripadvisor) constituent des repères indispensables. Mais les blogs indépendants sont aussi très intéressants. Ils n’hésitent pas à dire quand c’est franchement mauvais, trop cher ou que le service est désagréable. Ils n’ont pas d’a priori, et, souvent, moins de conflit d’intérêt, même si de plus en plus de restaurants organisent des dîners de blogueurs en espérant s’assurer des retombées positives sur Internet*. J’ai ainsi un petit « pool » personnel de critiques amateurs, au style très différent mais avec lesquels je partage des affinités culinaires. Mon préféré reste Chrisoscope, un fort pouvoir d’achat lui permettant d’écumer les gastros parisiens, une plume alerte, une exigence et une capacité à décrypter la cuisine me le rend incontournable avant toute visite dans un bon resto parisien. Et puis c’est grâce à lui que j’ai découvert Le Passage, une magnifique adresse.

J’aime bien également Resto-de-Paris, écrit par une journaliste, mais non spécialisée en cuisine, qui couvre une large gamme de restaurants, de différents styles et pour différents budgets. Elle fait partie des gens normaux qui s’attendent à très bien manger pour 50 euros par tête et elle démonte avec raison le restaurant quand ce n’est pas le cas (ça change beaucoup la critique quand on paye soi-même son addition!). Elle peut aussi aimer des bouis-bouis à 10 euros, et elle est même parvenue à conseiller la baraque à frites du parc en face de chez moi, ce qui est tout de même rafraîchissant.

Dans un genre totalement différent, je lis aussi régulièrement le blog de Gilles Pudlowski, qui est lui chroniqueur gastronomique professionnel, au Point notamment. J’aime surtout ses balades gourmandes. Quand il va à Châteauroux (je n’ai rien contre cette ville hein !), il est capable de chroniquer six restaurants (je ne pensais pas qu’il existait ne serait-ce que six restaurants à Châteauroux). A consulter, chers bobos parisiens, avant de partir en week-end.

Enfin, dans un genre plus humoristique, quoique très sérieux, je vous conseille de jeter un œil à ce magnifique site gastronomique parti à la recherche du meilleur kébab du monde…

*D’ailleurs chez Deux poulettes, on adore manger et nous n’avons aucune éthique. On est tout à fait prêts à faire une critique dithyrambique sur votre restaurant pour nos millions de lecteurs contre une petite invitation à dîner (ça ne marche pas pour les kébabs).

Publicités

3 Réponses to “Infidélités”

  1. Aude 2 avril 2012 à 09:51 #

    Merci les Poulettes pour votre petite note ! L’occasion pour moi de découvrir votre blog que je m’en vais de ce pas parcourir…
    A bientôt
    Aude

  2. Poulette Carlotta 2 avril 2012 à 10:19 #

    Merci encore pour ces précieuses informations…parce que le Coq de Deux poulettes c’est pas du chiqué…! 😉

Trackbacks/Pingbacks

  1. Les redifs de l’été. Episode 3/3 « Deux poulettes - 20 août 2012

    […] puis encore, les infidélités du coq, ou encore Mademoiselle Poulette Carlotta […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :