Tag Archives: anniversaire

Les petits chameaux

25 Avr

chameau“Ah les p’tits chameaux”, c’est une expression de ma grand-mère maternelle, encore elle. Et suite à mon précédent billet, c’est de circonstance pour qualifier votre choix en faveur de l’histoire de la machine à laver que je dois maintenant vous raconter. Elle utilise cette expression “Les p’tits chameaux” pour désigner les enfants qui font une bêtise pas méchante. Ce n’est pas vraiment une bêtise, mais vous êtes vraiment des p’tits chameaux de m’obliger à ouvrir la boîte à souvenirs de ma vie de famille !

Mais en même temps cela tombe bien car figurez-vous que ma grand-mère maternelle – Marguerite – a 84 ans aujourd’hui ! Elle a vécu toute sa vie dans un périmètre d’une dizaine de kilomètres dans le pays d’Auge, pas très loin du village de Camembert pour vous situer (vous voyez non ?). Elle a eu 10 enfants, 22 petits-enfants et a aujourd’hui 3 arrières petits-enfants. Elle a vécu la majeure partie de sa vie (54 ans !) dans la ferme de ses parents reprise par mon grand-père, avant de rejoindre un pavillon dans une petite ville de l’Orne où elle coule des jours heureux.

laverIl y a une dizaine d’années, j’avais interviewé ma grand-mère avec l’objectif d’en faire un récit de vie qui pourrait circuler dans la famille. Projet oublié mais j’ai retrouvé les retranscriptions de ces interviews. C’est impressionnant de constater combien en deux générations, de la vie de ma grand-mère à la mienne aujourd’hui, la transformation des modes de vie est grande. C’est banal comme propos, mais vu au prisme de son histoire familiale personnelle, c’est toujours sacrément émouvant. L’histoire de la machine à laver en est un bon exemple. Jusqu’à l’arrivée de la machine à laver dans la maison (dans les années soixante si je me souviens bien de ses propos, ce n’est pas dans les retranscriptions), il fallait laver son linge au lavoir. Elle n’avait pas encore 10 enfants à l’époque mais quand même. Vous imaginez le travail ! Et la première machine à laver, si elle a considérablement amélioré la vie quotidienne à la ferme, était quand même loin des machines modernes. C’était une machine semi-automatique, il ne suffisait pas de mettre le linge et de faire tourner, il y avait pas mal de manipulations à effectuer. D’ailleurs, si vous vous intéressez comme moi (!) à l’histoire des machines à laver, je vous conseille de consulter www.lamachinealaver.com.

Et puisque c’est l’anniversaire de ma grand-mère aujourd’hui, je vous livre en exclusivité mondiale  quelques mots qu’elle m’avait confiés à propos des anniversaires. 

« J’ai eu une surprise une fois. J’avais sept ans. Je m’en souviens. C’était mon anniversaire, le 25 avril. Il commençait déjà à faire nuit et papa me dit : “va fermer les fenêtres là-haut.”  Je lui dis y avoir déjà été mais il me répète : “non, elles ne doivent pas être fermées.” Alors, moi, j’avais pas du tout envie d’aller là-haut parce que j’étais vraiment trouillarde et il n’y avait pas de lumière. Alors, j’y suis tout de même allée et quand je suis revenue en courant en fermant les yeux – quand j’avais peur, je fermais les yeux – on m’a dit “bon anniversaire” et papa m’avait acheté des grosses pâquerettes. Et j’ai toujours eu un amour pour ces grosses pâquerettes qui vont du blanc jusqu’au rose. J’étais très étonnée par ce cadeau parce qu’on avait jamais de cadeau mais je ne sais pas, il avait dû penser à cela pour mon anniversaire. Et puis maman les a plantées devant le jardin. C’était une sacrée surprise ! »

paquerettesDe quoi faire réfléchir quant au business des anniversaires des enfants d’aujourd’hui, qui rivalisent dans la surenchère de cadeaux, d’animations ou de concepts ! Vous vous imaginez offrir aujourd’hui à une petite fille de sept ans des pâquerettes (même grosses…) comme seul cadeau d’anniversaire ? Ça pour une surprise, ce serait une surprise, mais qui risque fort de se terminer en crise de larmes !

 

Publicités

Le business de l’anniversaire !

4 Juin

Lorsque l’on devient maman, on découvre tout un monde nouveau. Il y en a un qui me stupéfait encore aujourd’hui, c’est la fête d’anniversaire.

En effet, je ne sais sous quelle mode, quelle pression, quel diktat, ce phénomène est arrivé, mais en tous cas, dès tout petits, les chérubins ont leur fête d’anniversaire d’organisée.

Pour ma part, j’ai découvert cela à l’entrée de mon fils aîné en petite section de maternelle, lorsqu’il a commencé à être invité. Mais cela commence parfois dès la crèche ! Si, si !

En fait, ce n’est pas que je sois farouchement opposé à ce type de réjouissances, mais je trouve que cela est parfois démesuré. Qu’est ce que cela peut représenter pour un enfant de moins de 4 ans de fêter son anniversaire avec une dizaine d’autres enfants ? Va t-il vraiment en garder un souvenir ? Comme sur d’autres sujets, on a l’impression que ce sont les parents qui sur investissent le monde de leur enfant.

J’ai pensé au début, que c’était lié à mon quartier pas toujours très représentatif, mais après une analyse sociologique très poussée (faite auprès les amis et collègues), il ressort que toutes les catégories sociales sont touchées, et que ce phénomène se soit répandu sur toute la France (même à Parthenay dans les Deux-Sèvres, c’est dire …) 

Face à cette mode, s’est développé un vrai business autour de ces fêtes. C’est que de nombreux parents préfèrent « sous-traiter » l’affaire à un animateur magicien, musicien, gonfleur de ballon, ou se déplacer dans un musée, un bowling, un parc, au Mac Do dans tous ces lieux qui ont développé un service spécial anniversaire d’enfants. C’est vrai que les enfants sont super contents d’aller à un anniversaire au bowling, au poney club, ou que sais-je encore, mais je me dis, lorsqu’ils auront 15 ans, que feront-ils comme fête d’anniversaire ? Ne risque-t-on pas la surenchère ?

J’ai personnellement réussi à ne pas faire de fête d’anniversaire jusqu’à l’entrée en CP. Une amie, résiste à son fils aîné de bientôt 9 ans pour ne pas en faire, et là je dis chapeau bas ! C’est bien la seule que je connaisse qui résiste à l’envahisseur. Et elle fait bien, car une fois que l’on a mis le petit doigt dans cet engrenage, pas question de faire machine arrière et de décider que cette année on ne fera pas de fête avec les copains.

Toute cette diatribe pour au final, vous donner des adresses utiles pour organiser un anniversaire ! (c’est bien la peine …) En allant voir sur ces sites, on se rend compte que ce business est florissant. Car il faut que la fête soit réussie ! Là aussi cela fait surtout plaisir aux parents, moi y compris.

L’incontournable Oxybul, ancien Eveil&Jeux qui a un espace spécial anniversaire.

Pour avoir vraiment un très beau gâteau (c’est cher mais vraiment très beau…) ou plein de petits très beaux gateaux.

Pour avoir une belle table, et des bonbons de notre enfance, et des petits cadeaux originaux, chez Happy boutique vous trouverez tout ce qu’il faut. Ou encore chez My sweet boutique, plein d’idées, des petits sachets, des petites boites pour mettre les bonbons à donner aux enfants invités.

A blog story …

21 Sep

Nous nous sommes rencontrés par hasard lors de diverses promenades,

L’idée de faire un bout de chemin ensemble m’a effleuré,

Et je l’ai gardé dans un petit coin de mon esprit.

Tu es réapparu en pleine conversation entre filles,

Tu semblais accessible, attirant, facile…

Et oui, pourquoi pas se lancer, là, maintenant, partir ensemble ?

Les doutes sont apparus, cette histoire allait-elle vraiment fonctionner ?

Comment allions nous pouvoir nous rencontrer dans un quotidien déjà chargé ?

De quoi allions nous parler ?

Aurions nous suffisament à dire ?

Et puis, les doutes se sont estompés.

Nous t’avons faconné, travaillé, pour que tu sois enfin comme nous l’imaginions.

Et nous nous sommes lancées,

Sur notre blog.

Deux Poulettes a un an, ça se fête…!

19 Sep

Moi je dis DEVINETTE!

Filant à l’anglaise,
et d’autres manières,
il fut très recherché,
et doit beaucoup à Jenny.
Originaire de l’Inde,
maints peuples l’ont convoité,
et exploité.
Son histoire en noir et blanc,
cristallise la couleur.
Emprunt de douleurs,
des mains avilies,
l’ont longtemps cueilli,
mais dans ces champs d’ivoire,
naquirent aussi les chants de liberté.
1865 l’a apaisé.
Aujourd’hui il panse ses plaies et les nôtres,
car à notre contact, de rouge, il se colore.
Sa fleur l’offre en boule,
tel un petit nuage,
et au bout d’une tige,
bien accroché,
il savoure sa renommée.
Doux, pur, éclatant,
il célèbre les unions d’une année,
et à merveille celle qui vient de passer,
emplie de mille billets.
Qui suis-je?
Je suis…..: le coton ……ou l’arbre à laine (!).

Quelques explications ?

Et doit beaucoup à Jenny (La mule Jenny, révolutionnaire machine à filer).

Son histoire en noir et blanc
Cristallise la couleur.
Emprunt de douleurs
Des mains avilies
l’ont longtemps cueilli (L’histoire mêlée des plantations de coton et de l’esclavage)

Mais dans ces champs d’ivoire
naquirent aussi les chants de liberté (Gospel, Blues…)

1865 l’a apaisé. (Abolition « officielle » de l’esclavage aux Etats-Unis)

Et au bout d’une tige,
bien accroché
il savoure sa renommée (Le coton-tige!).
….

Le fleur de coton, le champ et l’arbre à laine.