Tag Archives: musique

Brut de bonne humeur

28 Fév

Si l’hiver s’attardait,

Si le bois dans la cheminée que vous n’avez pas venait à manquer,

Si la bonne humeur et le baume au cœur se gâtaient :

Une dose de Sinatra au petit déjeuner, sans excès

Vers 11 heures, Liane la Havas

En cas de somnolence après le déjeuner, les Lillois de Skip the Use

Si ça ne suffit pas, enchainer avec un 2ème titre

Asaf éventuellement, à l’heure du thé et plus tard

One day

ou Your Anchor

Et au coucher , Caetano Veloso

En revanche, en cas de fortes fièvres ou de déprime :

François Damien

Si carence en vitamine D, cure de luminosité, 15 jours

Van Gogh à la Pinacothèque, influence japonaise …(Troncs d’arbre dans l’herbe, 1890). Magnifique.

van-gogh-troncs-d_arbre-dans-l_herbe-1890

Et sans modération, le son à fond!

…en attendant les bars à chats en France.

Un peu de baume au cœur

28 Nov

Je n’y connais rien en musique mais j’ai quelques camarades éclaireurs. En effet, tous mes meilleurs amis sont mélomanes et/ou musiciens. Et ma douce travaille également dans la musique. Bref, pour que je vous aime, il vous faut aimer la musique ! Alors que la météo va virer très bientôt au très froid (parenthèse météo : on descend à 0° ce we), je tiens, pour vous réchauffer cœur et corps, à vous faire profiter de quelques pépites glanées grâce à mes amis. De la musique chaude à écouter dans son appartement par un après-midi d’hiver. On boit du thé, on sort pourquoi pas une petite liqueur de derrière les fagots, un rhum arrangé ou un irish coffee. On monte les radiateurs à fond, et c’est parti.

  • Pour commencer, Salif Keita, le plus grand musicien malien, dans une très belle chanson. Une voix qui touche au profond, pour faire une pause, se ressourcer, méditer.

  • Vous voulez vous réveiller ? Découvrez ce texan, Gary Clark Jr. Dans un mélange de rock et de blues, ce guitariste sort le grand jeu et vous voilà parti(e) dans de grandes séquences de air guitar dans votre salon (je suis hyper doué en air guitar).

  • Beaucoup plus connu, le nouveau prodige anglais, Michael Kiwanuka, dans un style folk-blues terriblement efficace. Il a sorti son premier album en 2012.

  • Et pour terminer, un petit reggae des familles avec African Brothers et leur magnifique Hey Girl. Atttention c’est très hot !


Très bel hiver à toutes et tous (oui je sais on est encore en automne, mais je suis prévoyant comme coq).

Spécial Made in France musical…que du frais.

7 Nov

Je vous propose un intermède musical spécial Made in France  avec marinière et robot Moulinex ressuscité pour l’occasion…



Singtank

Ils sont frère et sœur, c’est leur premier album « In wonder ».

C’est coloré, ça se sirote facilement et l’on regrette la fin du verre venue…

 Nuthouse

Leur « succès », The party

 

The Popopopops

PopRock anglaise et années 80 à fond pour ces Rennais…j’adoore…

Color

Sign

 

Pour le pur jus à la française :

 Pour commencer doucement, et encore, le groupe Aline (feu « Young  Michelin »), délicieux.

Je bois et puis je danse

 

Et puis Lescop…un bijou…mais tout le monde en parle je crois.

Des influences très claires, comme pour Aline, mais une vraie originalité, des textes qui percutent…

La forêt

Tokyo, la nuit

 

Un peu décalé dans cette sélection…clin d’oeil à Raphaël, j’avais beaucoup aimé son album Caravane, voici Super walter :

Manager

Dîner tchèque

29 Oct

J’ai parfois de drôles d’idées. J’ai passé un week-end à Prague, il y a quelques semaines, et en suis revenu avec une bouteille de Becherovka, la liqueur locale (j’y reviendrai) et des 33 tours à la pochette rigolote (je fais “collection” des pochettes ridicules de vinyles). Notamment un disque de Karel Gott, un vieux chanteur tchèque, extrêmement célèbre, l’équivalent slave de Julio Iglesias vous voyez ? (je suis sûr que la Poulette bleue va se précipiter pour acheter les albums de Karel en criant Karel, Karel, Karel !).

Bref, de la Becherovka et de la musique tchèque, me voilà parti à lancer une invitation pour un dîner tchèque un vendredi soir pour 8 personnes. Bien sûr, je me documente un peu sur la cuisine tchèque, aidé par ma chère et tendre qui a vécu quelques mois dans ce pays, mais force est de constater que le vendredi venu, à 16 heures, rien n’est fait : ni provisions (un dîner tchèque sans provisions, c’est ballot, bon d’accord je sors), ni menu. Au départ, je voulais réaliser une véritable entrée tchèque : un Nakladay Hermelin. Un camembert mariné plusieurs jours dans de l’huile, oignon, ail, paprika (recette ici).

Il s’agit d’un plat classique servi dans les ospoda (bars) de Prague et c’est, comment dire, très savoureux (photo ci-contre, ça a l’air bon hein !). Mais ayant, parmi mes invités, une femme enceinte et deux personnes détestant le fromage, cela m’a semblé dangereux (et puis il était trop tard pour la marinade de plusieurs jours…).  Je me suis donc rabattu sur un simple plat de charcuterie, avec des gros cornichons, des concombres aigre-doux et du pain noir (ces derniers éléments se trouvant facilement dans les rayons casher des supermarchés). On m’a assuré que c’était assurément une entrée tchèque.

Pour le plat, j’ai choisi de proposer un goulash, ce qui peut faire polémique dans la mesure où il s’agit d’un plat typiquement hongrois. Mais les Tchèques sont aussi des spécialistes du goulash, même si le goulash tchèque est semble-t-il moins liquide que le goulash hongrois – on rentre là toutefois dans des considérations un peu trop subtiles compte tenu de mon niveau de compétences en goulash. Une âme secourable ayant voyagé en Hongrie m’a passé cette recette que j’ai un peu aménagée à la sauce tchèque (grâce à cette autre recette), c’est-à-dire que j’ai mouillé la viande à la bière, j’ai fait cuire le goulash au moins deux heures (on a mangé tard !) et j’ai fait cuire les pommes de terre à part. Et puis surtout j’ai goûté au fur et à mesure et j’ai dosé les épices (piment, paprika, cumin) en fonction de ce qui me plaisait. Finalement, ce n’était pas mauvais du tout !
Pour le dessert, j’ai abandonné toute velléité de proposer un dessert tchèque, n’ayant plus du tout le temps de préparer un strudl ou un kouglof. Ayant une grenade dans ma corbeille de fruits, j’ai proposé un fromage blanc, au miel et aux pépins de grenades. En mettant en fond sonore le disque de Karel Gott, cela faisait très tchèque en fait.
Pour la boisson c’était plus simple. Je savais où trouver de la bière tchèque, la fameuse Pilsner Urquell (chez le marchand de vin Nicolas) et un ami a trouvé de son côté la Budweiser original (rien à avoir avec la marque de bière américaine). Dîner à la tchèque = dîner à la bière. Et en fin de repas, petits digestifs tchèques bien sûr ! Eau de vie de prune et Becherovka. J’ai une passion pour la Becherovka, une liqueur obtenue par la macération d’une vingtaine d’herbes (notamment de la cannelle et du clou de girofle). C’est extrêmement parfumé et très doux, malgré ses 38° d’alcool. Si vous avez prévu des vacances en République Tchèque, merci de me ramener une bouteille !!!
Je me suis donc à peu près sorti de ce défi. De quoi me donner envie de poursuivre un tour du monde. Pourquoi pas un dîner péruvien ? Un dîner mongol ? Un dîner congolais ? C’est beau l’aventure !

Na shledanou !

Et que pensez-vous de cette magnifique pochette du groupe tchèque Turbo (1983). Belle pièce non ?

Un petit air dans la tête…

12 Juil

Parce que la Poulette bleue me fait découvrir tant d’artistes intéressants, j’imagine qu’elle sait tout…Que nenni…!
En tous cas, en voici quelques uns qu’elle feint de ne pas connaître…

C’était ça ou mes premières confitures… (rhubarbe, rhubarbe-fraise, rhubarbe-fraise-anis étoilé)…

Sigur Ros, un autre

 

En avant la musique !

2 Juil

Quelques extraits de ce que j’écoute en ce moment :

Ils ne sont pas (très) connus mais le mériteraient amplement !

Wild Beasts, mon chouchou du moment (ils sont en concert à la cité de la musique le 6 juillet dans le cadre du festival Days Off!)

Une petite musique qui trotte dans la tête, Sallie Ford and the Sound Outside

Un morceau qui me fait penser à la BO du film « Jackie Brown », par Michael Kiwanuka :

Et puis pour finir, Other Lives qui seront aussi en concert avec Wild Beasts :

My Spring Playlist : mes « sons » du moment

30 Avr

Au départ, la poulette rose et moi-même étions parties sur un délire autour d’un match opposant deux recettes de cuisine africaine : le poulet bicyclette contre le poulet dg ! Mais nos chères babines attendront bien le prochain billet… n’est-ce pas ?

Là, là comme on dit au pays, j’ai plutôt envie de vous faire découvrir mon univers musical du moment !

Africa inspired a new young generation of Afro European musicians… C’est un beau trio de jeunes femmes, aux couleurs et à l’univers musical très métissés. The first one is ASA, que j’adore car elle invite à une véritable complicité musicale : échange, partage, amour, réalité… Immanquable ! The second one is Y’akoto, and the third one is Emeli Sandé.

ENJOY THEM !!!